En ce début de XXIème siècle, l’espèce humaine est extrêmement préoccupée. D’un côté sa population est passée de 1,5 milliard à 7 milliards en 2 siècles, alors qu’elle avait mis 50 000 ans pour passer de quelques dizaines de milliers à 1,5 milliards. D’un autre côté l’état environnemental de la Terre n’a fait que se dégrader dans le même temps, que ce soit en termes d’affaiblissement de la diversité biologique, de réchauffement climatique et de ses conséquences, de pollutions et de leurs effets néfastes à court et moyen termes.

S’il est un service dont l’Homme (Homo sapiens) n’est pas prêt à se priver, c’est bien celui de se nourrir. Et pour nourrir bientôt 10 milliards d’habitants, en minimisant les nuisances faites à la biodiversité et à l’état environnemental de la planète, il faut des conduites culturales très performantes, car les plantes comme les humains, ont leurs cortèges d’agresseurs. Si ces organismes « nuisibles » pour les cultures étaient devenus correctement contrôlés par les molécules phytosanitaires, les enjeux de protection de la biodiversité et de la santé humaine ont eu pour conséquence d’aboutir à l’interdiction d’un nombre toujours plus important de ces molécules phytosanitaires. Il faut trouver des stratégies alternatives. Et comme cela sera présenté, il s’agit d’un considérable challenge pour les décennies à venir. L’exposé, après une présentation détaillée de ce cadre général, se focalisera sur les approches envisagées, initiées, en cours ou à développer, de manière interactive entre elles, pour essayer de résoudre l’équation : à savoir nourrir l’humanité de manière satisfaisante tout en protégeant sa santé, protéger la biodiversité, minimiser le changement climatique…

Portrait du conférencier

AALA michel dron

Michel Dron est Professeur émérite de Biologie et Pathologie Végétales à l’Université Paris sud et Membre de l’Académie d’Agriculture de France.

Titulaire d’un doctorat de 3ème cycle en Biologie végétale (Université de Rennes I) en 1978, il a soutenu sa Thèse d’Etat en Biologie Moléculaire (Université Paris XI) en 1982.

Sa carrière professionnelle a débuté comme chargé de recherche CNRS au laboratoire de biologie moléculaire végétale de l’Université Paris XI à Orsay. En 1986, il part à San Diego, à l’Institut Salk pour 2 années sabbatiques, où il participe à l’analyse de la régulation de l’expression de gènes de défense de plantes dans un contexte d’agression pathologique. En 1988, il est nommé Professeur à l’Université Paris-sud-Orsay et prend la direction du laboratoire de Phytopathologie moléculaire. En 1997, il devient Directeur Scientifique au Cirad pour 3 ans avant de regagner l’Université d’Orsay en 2000 puis d’y prendre, début 2010, la direction de l’Institut de Biologie des Plantes. 

Michel Dron est spécialiste de Biologie, Physiologie et Pathologie Végétales, Biologie Moléculaire et Génétique des Plantes.

Il a été membre du Conseil Scientifique de l’INRA, du Cirad ainsi que de l’Institut Français du caoutchouc.

Il est l’auteur de plus de 67 Publications, dans des revues à haut facteur d’impact international.

Observatoire Océanologique
de Banyuls-sur-Mer
1 avenue Pierre Fabre
66650 Banyuls-sur-Mer
logo Sorbonne Université LOGO CNRS 2019 BLANC
logo embrc blanc
Nos projets de développement sont soutenus par :
logo etat RFlogo cperlogo Sorbonne Universitélogo L'Europe s'engageLogo UE textelogo region occitanie