Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Observatoire océanologique de Banyuls sur mer
Laboratoire Arago

Changement climatique : est-il trop tard pour les coraux ?par Maggy Nugues

Les récifs coralliens font partie des écosystèmes les plus divers et les plus productifs de la planète. Bien qu’ils ne couvrent que 0.02 % de la superficie des océans, ils abritent un quart des espèces marines et jouent un rôle considérable dans les économies locales. Ce succès écologique est dû aux coraux qui vivent en symbiose avec des microalgues intracellulaires communément appelées zooxanthelles. Véritables « organismes ingénieurs », les coraux sont à l’origine des plus vastes bioconstructions de notre planète. Cependant, le changement climatique menace leur survie. Face au réchauffement des océans, de nombreux coraux expulsent leurs algues symbiotiques, blanchissent et meurent. De même, l’acidification des océans perturbe la formation du squelette corallien ainsi que d’autres fonctions biologiques comme la reproduction. En attendant des actions urgentes pour réduire les émissions de CO2, les chercheurs explorent de nombreuses pistes pour tenter de sauver ou de prolonger la survie de ces organismes. Est-ce que les coraux peuvent s’adapter au changement climatique ? Peuvent-ils migrer vers des latitudes plus hautes ? Est-ce que l’Homme peut créer des espèces résistantes capables de survivre dans des mers plus chaudes ? Peut-on congeler les gamètes des coraux afin de les réimplanter ? Quels autres facteurs peuvent aider à la recolonisation des récifs décimés ? Quels seront les récifs de demain ? Un état des lieux des recherches au niveau mondial sur l’effet du changement climatique sur les coraux et des réponses à ces questions seront proposés à l’auditoire.

Portrait du conférencier

Maggy NUGUES est Maître de Conférences EPHE dans l’Unité de Service et de Recherche 3278 CRIOBE sous la tutelle EPHE-CNRS-UPVD. Elle étudie les récifs coralliens depuis 20 ans et anime des recherches dédiées aux interactions et processus écologiques régulant les populations et communautés benthiques des récifs coralliens, en particulier les coraux et les algues. Ses travaux publiés dans des journaux internationaux ont mis en évidence la nature spécifique des interactions coraux-algues, l’existence de mécanismes de défense chez les coraux et les algues, et la capacité des algues à déclencher des maladies coralliennes. La majorité de ses projets s’inscrivent dans une approche pluridisciplinaire combinant des domaines aussi divers que l’écologie, la microbiologie, l’écophysiologie, la biologie moléculaire, la biogéochimie et la modélisation, souvent assurée dans le cadre de collaborations nationales et internationales. Elle a participé à la coordination de larges projets de recherche internationaux, dont FORCE, SPICE II et LANCET.

Sophie Sanchez - 28/11/16