Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Observatoire océanologique de Banyuls sur mer
Laboratoire Arago

Alimentation et rythmes biologiquespar Laura Nisembaum

La majorité des organismes vivants présentent des rythmes biologiques qui peuvent être observés par des oscillations cycliques à différents niveaux, comportemental, génétique ou hormonal. Ces rythmes, maintenus par des « horloges internes », suivent les oscillations journalières et saisonnières de l’environnement, mais ils persistent même en absence de telles informations externes. Ils ont la particularité d’anticiper l’arrivée d’un événement (par exemple la lumière du jour ou la disponibilité de proies/nourriture…) et de promouvoir la réponse la mieux appropriée (physiologique, comportementale…) à un moment donné de la journée ou de l’année. L’horaire de la prise alimentaire est un puissant facteur synchronisateur des horloges internes, qui a attiré progressivement l’attention dans la recherche fondamentale mais aussi dans la recherche sur les maladies du métabolisme.

Portrait du conférencier

Laura Gabriela Nisembaum, a commencé ses études de biologie au Brésil et s’est vite intéressée à l’impact des cycles journaliers et saisonniers chez différents organismes. Elle réalisa sa thèse à Madrid, sur la synchronisation des rythmes biologiques à l’horaire d’alimentation, en utilisant le poisson rouge comme modèle expérimental. En France, depuis 4 ans comme post-doctorante à L’Observatoire Océanologique de Banyuls sur mer, son travail porte sur la synchronisation des saumons atlantiques aux cycles annuels de photopériode et température.

13/11/17

Traductions :

    Chiffres clés