Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Observatoire océanologique de Banyuls sur mer
Laboratoire Arago

Des raies Pastenagues violettes très nombreuses sur notre littoral cette annéeinformations et conduite à tenir


Raie Pastenague violette
Depuis le début du mois de Juillet de nombreuses personnes nous signalent la présence de raies sur le littoral des Pyrénées-Orientales. Ces animaux évoluent près du bord, parfois entre les baigneurs et semblent même vouloir s’échouer sur les plages. Il s’agit d’un phénomène peu commun mais naturel. 

Ces raies qui pour la plupart sont des Raies Pastenagues violettes (Pteroplatytrygon violacea) vivent en général au large, soit en pleine eau, soit posées au fond. 

La présence de ces animaux près du bord cet été est certainement liée à leur reproduction. Il est en effet possible que les femelles rejoignent la côte pour mettre bas. Les raies Pastenagues donnent en effet naissance à des petits totalement formés d’une vingtaine de centimètres de longueur. Il est également possible que la zone très côtière soit pour l’espèce un lieu de rassemblement entre mâles et femelles qui donne lieu à des accouplements à l’issue des mises bas des femelles, ce qui pourrait expliquer les poursuites observées entre certaines individus et les marques que portent les femelles sur leur dos et qui peuvent témoigner de morsures légères faites par les mâles au moment de l’accouplement. L’abondance de petits poissons près du bord peut également expliquer cette concentration inhabituelle de raies le long de notre côte.

Ce phénomène est observé un peu partout cette année sur le littoral méditerranéen français.

Que faire si vous rencontrez une raie Pastenague Violette au cours d’une baignade ?

  1. Ne pas la toucher, elle s’approchera si elle le souhaite et dans ce cas elle ne présentera pas un comportement agressif. Ces raies sont pourvues d’aiguillons venimeux situés sur leur queue qu’elles n’utilisent uniquement que si elles se sentent menacées (si on leur marche dessus, si on les capture). En cas de piqûre rapprochez vous du poste de secours le plus proche mais il n’y a aucune raison de se faire piquer si on ne menace pas l’animal.
  2. Ne pas les flécher avec un fusil harpon, ces raies n’ont aucun intérêt culinaire. En cas de capture à la ligne ils suffit de couper le fil au plus prés de la bouche en évitant les coups de fouets que l’animal peut faire avec sa queue qui porte les aiguillons venimeux.
  3. Rien ne sert de s’alarmer, ces raies ne sont pas malades ni bloquées près du bord, leur comportement est naturel et si ce comportement est un peu particulier cette année en raison de la température de l’eau un peu élevée certainement propice à leur reproduction ou a la capture de proies en abondance, elles seront tout à fait capables de retrouver leur habitat naturel quand elles le décideront et sans intervention humaine. 
  4. Si vous rencontrez une raie en difficulté réelle (échouée, gravement blessée, qui ne nage plus, harponnée, etc) vous pouvez contacter le Biodiversarium au 04 68 88 73 39. Nous interviendrons dans la mesure de nos possibilités et après évaluation de la situation.

03/08/18

Traductions :

    Chiffres clés