Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Observatoire océanologique de Banyuls sur mer
Laboratoire Arago

Les trois vies de l'Alice Robert : navire bananier, bâtiment de guerre, épave d'une richesse méconnue

 

 Construit en 1934, l’Alice Robert est l’un des premiers navires frigorifiques français. Il assure le transport des bananes des colonies d’Afrique équatoriale vers la métropole jusqu’à l’invasion de la zone libre en 1942. Il est alors réquisitionné par la Kriegsmarine et transformé en bâtiment de guerre. Pendant 18 mois, il escorte des cargos et tente de les protéger contre les attaques aériennes et sous-marines Alliées. Le 2 juin 1944, il sort de Port-Vendres pour une mission de lutte anti-sous-marine. Moins d’une heure après avoir quitté le port, il sombre, brisé en deux par une torpille. Son épave repose depuis par 50 m de fond.

 

L’histoire de l’Alice Robert nous parle d’un commerce particulier à une époque qui n’est pas sans résonance actuelle. Soixante-dix ans après la capitulation de l’Allemagne, l’Alice Robert peut encore témoigner d’événements tragiques qui ont profondément marqué la région. Depuis quelques décennies, cette épave attire les plongeurs pour des raisons pas toujours connues des non-plongeurs. Elle est aussi devenue un récif artificiel intégré dans l’environnement côtier régional. Une épave n’est donc pas qu’un tas de tôles rouillées au fond des eaux. Mais aujourd’hui, ce vestige historique aux intérêts culturel, écologique, touristique et économique est en grand danger. Tous ces aspects seront abordés dans la présentation.

Vente et dédicace du livre Les Trois vies de l’Alice Robert dit le Bananier à l'issue de la conférence (prix de l'ouvrage : 20€ - en vente à l'Aquarium du Laboratoire Arago)

 

Conférence présentée le Mercredi 25 Février 2015 à 18h00 par Monsieur Laurent URIOS.

 

Portrait du Conférencier

Laurent URIOS est biologiste. Il plonge depuis 20 ans dans les eaux de la Côte Vermeille. Il est président de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine des Epaves des Pyrénées-Orientales.

Sophie Sanchez (sophie.sanchez @ obs-banyuls.fr) - 01/06/16